236 civils tués au Nigeria

21/01/2017
236 civils tués au Nigeria

Erreur des pilotes

Jusqu'à 236 personnes auraient été tuées lorsque l'armée de l'air nigériane a bombardé accidentellement dans le nord-est du pays un camp de déplacés ayant fui les violences de Boko Haram, a affirmé samedi  un responsable local.

Un précédent bilan de Médecins sans frontières (MSF) faisait état d'au moins 90 morts. Toutefois, selon MSF, qui opérait depuis peu dans le camp, plusieurs "rapports concordants" émanant de résidents et de dirigeants des communautés font état de 170 tués.

"D'après ce que les gens qui ont enterré les victimes mortes de leurs propres mains m'ont dit (...) ils ont enterré 234 morts. Plus tard, j'ai été informé que deux des blessés évacués à Maiduguri étaient décédés", a affirmé Babagana Malarima, président du gouvernement local de Kala-Balge.

Le responsable a raconté que mardi vers midi, "l'avion de chasse a tourné au-dessus de la ville puis il est parti. Quand il est revenu, il a largué deux bombes, la première près d'un puits de forage en construction pour les déplacés et la seconde dans un quartier très peuplé". 

"Les gens sont vraiment traumatisés qu'un avion de chasse appartenant à leur pays puisse faire cette erreur et les tuer ainsi dans leur propre pays. C'est vraiment malheureux", a déclaré M. Malarima.

Mardi, le bombardement a eu lieu alors que des humanitaires distribuaient de la nourriture à Rann, localité proche du Cameroun où près de 40.000 personnes ont trouvé refuge après avoir fui les violences du groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Au moins six volontaires de la Croix-Rouge nigériane ont été tués et 13 blessés.

Le Nigeria a ouvert une enquête jeudi pour déterminer les circonstances de ce bombardement accidentel.

Aucun bilan officiel n'a jusque-là été avancé, mais le nombre de victimes est fréquemment sous estimé par les autorités au Nigeria, qu'il s'agisse de la guerre contre Boko Haram ou de catastrophes accidentelles.

"C'est malheureux, c'est une erreur (...) Cela n'arrivera plus jamais", a affirmé vendredi le chef d'état-major des armées, le général Tukur Yusuf Buratai, qui s'est rendu à Rann.

La décision de bombarder "était basée sur des renseignements selon lesquels des Boko Haram étaient arrivés dans la région", a-t-il affirmé. 

Après le bombardement, un convoi de combattants de Boko Haram a profité du chaos pour mener un raid en pick-up et motos sur Rann mardi soir.

"Les soldats les ont repoussés, certains ont été tués et vous avez vu les cadavres et les armes récupérées", a commenté le général Buratai.

Cette attaque "montre qu'il y a une crédibilité dans les renseignements que nous recevons" faisant état de mouvements de combattants dans la zone de Kala-Balge, a-t-il ajouté.

L'insurrection menée depuis 2009 par les islamistes a fait 2,6 millions de déplacés à travers le Nigeria et dans les pays de la zone. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: