Syrie : l'ONU espère une continuité de l'engagement US

10/11/2016
Syrie : l'ONU espère une continuité de l'engagement US

Situation dramatique dans de nombreuses provinces

L'ONU attend de Donald Trump une continuité de l'engagement américain sur l'aide humanitaire en Syrie. Les conséquences d'une autre attitude seraient "tellement catastrophiques", a-t-elle dit jeudi à Genève.

"Nous avons besoin d'un engagement ininterrompu et entier des Etats-Unis" dans les prochains mois, a affirmé devant la presse le co-président du Groupe de travail sur les questions humanitaires Jan Egeland. Lors de la réunion de jeudi, les représentants de ce pays ont été "aussi actifs" que la semaine dernière.

Mais l'appel de l'ONU s'applique aussi à la Russie. "Nous avons eu des avancées" seulement lorsque ces deux pays ont "mené" les discussions sur l'humanitaire, a dit M. Egeland.

A l'approche de l'hiver, qui s'annonce "un réel assassin" en Syrie, l'ONU a lancé la semaine dernière un plan en quatre points pour aider les quartiers est de la ville d'Alep. Elle demande l'entrée de matériel médical, de nourriture et de personnel de santé dans cette partie assiégée de la ville. Quelque 300 personnes doivent être évacuées.

Aucune conditionnalité n'est établie entre chacun des points. L'ONU estime qu'il est encore possible "d'éviter une famine de masse", mais l'aide "doit arriver bientôt", a insisté M. Egeland. La situation devient critique pour les plus de 250'000 personnes assiégées qui n'ont plus reçu d'assistance depuis juillet.

Elles ne disposeront plus d'aucune ration alimentaire la semaine prochaine. Les prix ont largement augmenté. Pour acheminer de l'aide, il faut à l'ONU l'approbation de toutes les parties, trois jours de préparation et plusieurs jours et plusieurs nuits pour la distribution.

Dans l'ouest d'Alep aussi, des civils "décèdent chaque semaine" en raison des violences, a précisé M. Egeland. L'ONU a dû délocaliser son site dans cette partie de la ville parce qu'il avait été attaqué.

La situation reste également difficile dans le reste des zones assiégées du pays, notamment à Madaya, Zabadani, al-Foua et Kefraya. Pour novembre, le gouvernement syrien a accepté une aide pour moins de personnes que demandé par l'ONU, qui a protesté. Les largages ne sont pas vraiment possibles à Alep-Est, mais ils continuent sur Deir-Ezzor.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous
EN CE MOMENT

Nous suivre: