La Côte d’Ivoire frappée par le terrorisme islamiste

14/03/2016
La Côte d’Ivoire frappée par le terrorisme islamiste

L’équation des pouvoirs africains est complexe

On savait que la Côte d’Ivoire était une cible potentielle du terrorisme islamique. Mais, alors qu’on les attendait à Abidjan,l es terroristes ont frappé sur la plage de Grand-Bassam, à 40 km au sud-est d’Abidjan  le dimanche 13 mars 2016. L’attaque a été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et a fait, selon un bilan officiel, 14 victimes civiles et deux militaires, ainsi que six terroristes abattus.

Cet attentat survient à un moment où le pays commence à se relever d’une grave crise politique et retrouve la confiance des investisseurs. Cependant les terroristes ont cherché à exploiter les faiblesses du pays.

La reconstruction nationale n’est pas encore complète. L’armée a du intégrer les anciens rebelles qui restent puissants dans les rouages de l’Etat. Malgré la réélection au premier tour de Alassane Ouattara., une sourde guerre de succession se joue dans les coulisses entre le ministre de l’Intérieur  Ahmed Bakayoko et Guillaume Sorø président de l’Assemblée nationale

Les intérêts occidentaux et notamment français sont particulièrement importants dans le pays où vivent, 15.000 ressortissants français dont 13.000 à Abidjan,

Les objectifs d'Al Quaida. sont clairs. Il s’agit d’étendre son champ d’intervention à l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest. Or ces Etats ont des armées et des services de renseignement faibles. En obligeant ces états à renforcer les forces de sécurité  les  terroristes les conduisent  à détourner des ressources des objectifs  du développement.

L’action terroriste place la France dans u ne position difficile .Elle doit renforcer l’intervention de son armée alors  que ses  crédit militaires sont mesurés. Par ailleurs, toute accentuation de la présence militaire francaise provoque des réactions nationalistes qui ,renforcent les soutiens dont peuvent bénéficier les partisans d’Al Quaida.

Enfin, alors que les Etats de l’Afrique de l’ouest sont  engagés jusqu’à présent dans un renforcement des structures démocratiques, les nouvelles exigences de la sécurité vont conduire à mettre au second plan ces réformes. Mais ce serait tomber dans le piège des islamistes que d’oublier que  le soutien des populations est essentiel dans la lutte contre les terroristes.

L’équation des pouvoirs  africains est complexe : s’armer contre le terrorisme sans affaiblir le perfectionnement démocratique.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: