Mali : Nouveaux pourparlers de paix à Alger

02/09/2014
Mali : Nouveaux pourparlers de paix à Alger

Ramener la paix dans le nord du Mali

Le deuxième round de négociations entre Bamako et des groupes armés maliens s'est ouvert lundi en fin d'après-midi à Alger avec l'objectif d'amener la paix dans le nord du Mali, toujours instable malgré une intervention militaire internationale lancée en 2013 contre les islamistes.

La première phase des discussions s'était achevée le 24 juillet à Alger par la signature d'une feuille de route des négociations.

Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra dont le pays assure la médiation a précisé, à l'ouverture de cette nouvelle rencontre, qu'il s'agissait d'une phase de négociations substantielles.

Nous ne ménagerons aucun effort pour faire de l'étape d'Alger un temps fort dans la quête d'une paix juste et durable au Mali, a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a assuré que le gouvernement malien s'engageait à accepter et à respecter totalement et entièrement dans les meilleurs délais possibles, les accords qui seront adoptés, au terme de ces négociations.

L'enjeu est essentiel pour le Mali, plongé dans une profonde crise politico-militaire depuis l'offensive lancée en janvier 2012 par la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) dans le nord du pays.

Cette crise a été marquée par la prise de contrôle du Nord par des groupes jihadistes alliés à Al-Qaïda, qui y ont évincé le MNLA.

Si ces groupes ont été délogés en grande partie par l'intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France -l'ex-puissance coloniale- et toujours en cours, le Nord reste secoué par des actions meurtrières.

Avant la rencontre d'Alger, les faucons et les colombes des groupes armés touareg et arabes se sont retrouvés ces derniers jours à Ouagadougou, au Burkina Faso, pour signer un document.

Ils ont ainsi scellé l'apparente unité de la plupart des mouvements armés du nord du Mali, à l'exception des groupes jihadistes, que Bamako ne considère pas comme des interlocuteurs.

Dans le groupe des faucons figurent les hommes du MNLA, du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA, au sein duquel sont recyclés d'ex-jihadistes) et d'une aile du Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), qui avaient défait en mai dernier l'armée malienne à Kidal (nord-est), fief des Touareg, lors d'une brève et violente reprise des hostilités.

Les colombes comptent notamment une autre aile du Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coalition du peuple de l'Azawad (CPA), qui est une dissidence du MNLA, ainsi qu'une aile des mouvements d'autodéfense sédentaires du nord du Mali.

A l'ouverture de la rencontre d'Alger, un des représentant du groupe des faucons, Mohamed Ag Gharib, a plaidé en faveur d'une solution définitive qui puisse empêcher toute résurgence du Conflit. 

Le président de la coalition du peuple pour l'Azawad (CPA), Ibrahim Mohamed Salah, du groupe des colombes a indiqué qu'il fallait avoir le courage d'accorder le bénéfice du doute à ceux qui sont actuellement au pouvoir à Bamako.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: