Brésil : les deux candidats au coude-à-coude

26/10/2014
Brésil : les deux candidats au coude-à-coude

Mme Rousseff se porte garante des grandes avancées sociales

Dilma Rousseff, en léger recul, devance toujours Aecio Neves de quatre à six points, selon deux sondages divulgués samedi à la veille de l'élection présidentielle au Brésil. La présidente sortante de gauche l'emporterait avec 52% des voix contre 48% pour son rival social-démocrate.

Selon l'institut Datafolha, elle recule d'un point et M. Neves en gagne un par rapport au précédent sondage du même organisme. Du coup, l'écart entre les deux rivaux revient dans la marge d'erreur de +/-2%. "Mais la probabilité que Mme Rousseff soit en tête est plus importante", souligne Datafolha.

L'institut Ibope crédite pour sa part la présidente sortante d'une avance plus confortable de six points, avec 53% d'intentions de vote contre 47% pour l'opposant, hors d'une marge d'erreur de +/-2% également. Par rapport au précédent sondage Ibope, divulgué le 23 octobre, la présidente perd là aussi un point et M. Neves en gagne un.

Une autre enquête précédemment rendue publique samedi par l'institut MDA donnait les deux candidats au coude-à-coude. Selon ce sondage, Aecio Neves obtient le soutien de 45,3% des personnes interrogées, contre 44,7% à Dilma Rousseff.

Un total de 142,8 millions de Brésiliens sont appelés aux urnes dimanche pour départager les deux rivaux. Mme Rousseff, candidate du parti des travailleurs (PT) au pouvoir depuis 12 ans, avait remporté le premier tour du 5 octobre avec 41,59% des voix devant M. Neves (33,55%), candidat du parti social-démocrate brésilien.

Mais la bataille entre les deux tours a été acharnée. M. Neves, au-delà de la droite classique, a attiré de nombreux électeurs des classes moyennes, déçus de la gauche et qui avaient voté au premier tour pour l'écologiste Marina Silva.

Mme Rousseff se porte garante des grandes avancées sociales enregistrées en 12 ans de gouvernements de son PT.

M. Neves promet lui de renouer avec une gestion économique plus libérale pour relancer l'économie en panne du géant émergent d'Amérique latine, et lutter contre une inflation donnant des signes inquiétants de surchauffe.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: