Trump doute du vote par voie postale

02/11/2020
Trump doute du vote par voie postale

Donald Trump le 28 octobre dernier en Arizona

Donald Trump a de nouveau mis en doute l'intégrité de l'élection présidentielle américaine, déclarant qu'un dépouillement qui s'étirerait au-delà du jour du scrutin mardi serait une "chose terrible" et laissant entendre que ses avocats pourraient être sollicités.

A 24h de l'"Election Day" et alors que les sondages donnent son rival démocrate Joe Biden en tête des intentions de vote, l'actuel locataire républicain de la Maison blanche s'est lancé sans répit dans une tournée électorale de dernière minute dans les Etats décisifs, alors que Biden a imploré les participants à deux meetings en Pennsylvanie à aller voter.

Les Américains ont été nombreux à se précipiter pour voter par anticipation, avec près de 60 millions de bulletins transmis par voie postale qui pourraient nécessiter des jours ou des semaines pour être dépouillés dans certains Etats - ce qui signifierait que le vainqueur pourrait ne pas être connu dans les heures suivant la fermeture des bureaux de vote mardi soir.

"Je ne crois pas que ce soit juste de devoir attendre pendant une longue période après l'élection", a dit Donald Trump à des journalistes en amont d'un meeting en Caroline du Nord.

Certains Etats, dont la décisive Pennsylvanie, entament le dépouillement des votes transmis par courrier seulement le jour du scrutin, ce qui ralentit le processus.

Donald Trump a répété sans preuve que le vote par voie postale était sujet à fraude, bien que les experts soulignent que la fraude électorale est rare aux Etats-Unis. Envoyer son bulletin par courrier est une tradition de longue date, et un vote sur quatre a été effectué ainsi en 2016.

Les démocrates ont mis en avant le vote par courrier comme un moyen sûr de voter pendant la crise sanitaire du coronavirus, tandis que les républicains comptent sur une participation massive le jour J. S'exprimant devant les journalistes, Donald Trump a indiqué qu'il solliciterait ses avocats mardi soir, "dès que l'élection est terminée", sans en dire davantage.

Le président sortant a nié un article d'Axios selon lequel il aurait fait part à des proches de son intention de revendiquer la victoire mardi soir si des indications le donnent en tête. Il a cependant déclaré que c'était une "chose terrible" que des bulletins soient dépouillés après l'Election Day. Interrogé sur le même article, Joe Biden a déclaré à des journalistes entre deux événements de campagne à Philadelphie: "Le président ne va pas voler cette élection".

Si les sondages au niveau national donnent Joe Biden devant Donald Trump, la course est beaucoup plus indécise dans les Etats clés et l'actuel locataire de la Maison blanche pourrait être en mesure d'obtenir les 270 grands électeurs nécessaires pour être élu par le Collège électoral et éviter ainsi de devenir le premier président sortant incapable de décrocher un deuxième mandat depuis le républicain George H.W. Bush en 1992.

Donald Trump a tenu des meetings dans le Michigan, l'Iowa, en Caroline du Nord et en Géorgie. Joe Biden a effectué plusieurs apparitions en Pennsylvanie, où il est né et où les enquêtes d'opinion le donnent au coude à coude avec Trump.

"Il n'y a rien qu'il puisse faire pour empêcher cette nation de voter", a dit Joe Biden à propos de Donald Trump lors d'un rassemblement en "drive in" près d'une église de Philadelphie. "Il sait que si vous avez votre mot à dire, il n'a aucune chance. Mais le peuple américain ne sera pas réduit au silence".

L'ancien vice-président démocrate a par ailleurs critiqué le président républicain pour avoir encouragé ses partisans après que ceux-ci ont bloqué un car de la campagne Biden. Une caravane de véhicules sur lesquels figuraient des drapeaux de la campagne Trump ont encerclé vendredi sur une autoroute du Texas un car transportant du personnel de la campagne Biden, forçant celle-ci à annuler deux événements.

"Nous n'avions jamais rien eu de tel. Tout du moins nous n'avions jamais eu un président pensant que c'est une bonne chose", a déclaré Joe Biden à des journalistes.

Donald Trump a relayé samedi sur Twitter une vidéo de l'incident, écrivant : "J'aime le Texas !". Après que le FBI a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête, le président républicain a critiqué cette démarche. "Ces patriotes n'ont rien fait de mal", a-t-il tweeté à propos de ses partisans.

La dernière enquête Reuters-Ipsos, réalisée du 27 au 29 octobre, crédite Joe Biden de 51% des intentions de vote à l'échelle nationale contre 43% pour Donald Trump. En Floride, en Caroline du Nord et en Arizona, les deux candidats sont au coude à coude, montre le sondage, tandis que Donald Trump accuse un retard de 7 points de pourcentage en Pennsylvanie et de 10 points dans le Michigan et le Wisconsin.

Il y a quatre ans, l'ancien homme d'affaires s'était hissé à la Maison blanche grâce à ses victoires en Pennsylvanie, dans le Michigan et le Wisconsin, des Etats qui étaient traditionnellement des bastions démocrates.

Près de 93 millions d'électeurs ont déjà voté par anticipation ou par correspondance, selon le groupe Elections Project basé à l'Université de Floride, qui anticipe un taux de participation d'environ 65% - ce qui serait un record depuis 1908.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous
EN CE MOMENT

Nous suivre: