Discussions en cours entre Bamako, Lomé et Abidjan

19/07/2022
Discussions en cours entre Bamako, Lomé et Abidjan

Un avion des Nations Unies à l'aéroport de Bamako

Je confirme que le président Faure Gnassingbé a accepté la proposition faite par les autorités maliennes de conduire la facilitation entre le Mali et la Côte d’Ivoire en vue de la libération des 49 militaires ivoiriens détenus à Bamako’, a tweeté mardi le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, de retour d’une visite à Bamako.

La Côte d'Ivoire a demandé au Mali, le 12 juillet, la libération « sans délai » de ses 49 militaires arrêtés « injustement » deux jours plus tôt à l’aéroport de Bamako et accusés d’être des « mercenaires », niant toute intention de déstabiliser son voisin.

La présence de ses soldats dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la mission des Nations unies au Mali, la Minusma, est bien connue des autorités maliennes.

Des militaires ivoiriens sont présents à l’aéroport de Bamako depuis juillet 2019 et la signature d’une convention avec l’ONU.

Une partie des militaires ivoiriens retenus sont venus au Mali sur la base d’une convention pour travailler sur la base logistique de la société Sahelian Aviation Services (SAS) qui opère pour le compte des Nations Unies.

Fin juin, le Conseil de sécurité de l'Onu a décidé de prolonger d'un an la Minusma. Mais le retrait de la France prive la mission d'un soutien aérien comme dans le passé. Cela pourrait pousser des pays européens à quitter cette force internationale d'environ 15.000 militaires et policiers.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: