A l’assaut de Tikrit

29/06/2014
A l’assaut de Tikrit

L'armée irakienne a lancé l'assaut pour reprendre la ville de Tikrit, tenue depuis deux semaines par des insurgés sunnites de l'EIIL. Plus à l'ouest, à la frontière syrienne, les jihadistes devaient faire face à des attaques d'autres islamistes radicaux.

Des milliers de soldats, appuyés par l'aviation, ont lancé l'offensive sur Tikrit, la ville de l'ex-dictateur Saddam Hussein située à 160 km au nord de Bagdad. Selon un porte-parole militaire à Bagdad, 29 "terroristes" ont été tués vendredi à Tikrit et le moral de leurs chefs commence à flancher.

Selon le général Qassem Atta, conseiller à la sécurité du Premier ministre Nouri al-Maliki, l'armée irakienne contrôle désormais la route menant de Bagdad à Samarra, au sud de Tikrit. Il y a une coordination avec les Etats-Unis "sur le terrain pour étudier les cibles importantes", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Un autre général, Sabah Fatlawi, a fait état de "centaines de blindés et de milliers de soldats avançant, ainsi qu'une équipe de démineurs sur la route depuis Dejla", à 20 km au sud de Tikrit.

Des témoins ont confirmé que les forces gouvernementales et les insurgés de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) s'affrontaient à Dejla, d'autres faisant état de l'arrivée de l'armée aux abords de Tikrit, mais depuis l'ouest où de violents combats entre les deux camps avaient lieu. Samedi soir, une source militaire indiquait que les combats se poursuivaient à l'ouest.

Plus au sud, des combats ont fait samedi une vingtaine de morts parmi les forces gouvernementales et 53 parmi les insurgés dans les provinces de Babylone et Al-Anbar, selon une source militaire.

En Syrie, l'EIIL s'est attiré les foudres de la rébellion dans son ensemble, et des combats entre anciens alliés ont fait des milliers de morts depuis janvier.

Samedi, dans un nouvel épisode de cet affrontement fratricide, des rebelles islamistes et le Front al-Nosra - la branche syrienne d'Al-Qaïda - ont lancé une attaque contre l'EIIL pour les chasser de Boukamal, principale localité syrienne à la frontière avec l'Irak.

Selon Abou Youssouf al Masri, chef local du Front al-Nosra, un attentat suicide commis dans la nuit a fait trois morts parmi ses hommes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous
EN CE MOMENT

Nous suivre: