Al-Nosra menace d'exécuter 9 soldats libanais

05/09/2014
Al-Nosra menace d'exécuter 9 soldats libanais

La branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front Al-Nosra, a diffusé vendredi une nouvelle vidéo des neuf soldats et policiers libanais qu'il détient en otage, en affirmant qu'ils pourraient payer le prix de l'implication du Hezbollah libanais dans le conflit en Syrie.

La vidéo d'une trentaine de minutes montre les neuf otages, enlevés il y a un mois dans une localité libanaise frontalière de la Syrie, assis devant le drapeau du groupe sunnite. On y voit l'un des otages demander pourquoi devra-t-il payer le prix de l'implication en Syrie du Hezbollah chiite qui combat auprès du régime les rebelles tout comme les jihadistes.

Grâce au soutien militaire de ce puissant mouvement armé libanais, l'armée syrienne a pu reprendre ces derniers mois plusieurs bastions aux rebelles.

Dans la vidéo, un autre otage affirme que, si le Hezbollah continue de combattre en Syrie, il aura notre sang sur les mains, en référence aux neuf otages.

Le Front al-Nosra avait déjà posté le 23 août une vidéo montrant les neuf soldats et policiers kidnappés, appelant le Hezbollah à retirer ses combattants de Syrie.

Ces hommes font partie d'un groupe de plus de 35 policiers et militaires libanais qui avaient été enlevés le 2 août à Aarsal lors de combats sans précédent entre l'armée libanaise et des jihadistes venus de Syrie.

Une trentaine de soldats et de policiers sont retenus en otage et répartis entre trois groupes: Al-Nosra, le redoutable groupe jihadiste de l'Etat islamique (EI) et Jaich al-islam, un groupe rebelle islamiste syrien.

Un des soldats a été décapité par l'EI, dont les sympathisants avaient diffusé la semaine dernière une vidéo de l'exécution.

Les ravisseurs réclament le retrait du Hezbollah de Syrie mais également un échange avec des prisonniers islamistes détenus au Liban.

Mais le vice-Premier ministre libanais Samir Moqbel a rappelé vendredi que les autorités libanaises refusaient tout échange de prisonniers.

Des efforts (de médiation) sont déployés au niveau des Etats et le travail le plus sérieux est mené avec l'Etat du Qatar, a indiqué M. Moqbel à des journalistes.

En mars, le Qatar avait joué un rôle clé dans la libération de 13 religieuses syriennes retenues en otage par le front Al-Nosra pendant quatre mois.

Fin août, il a aussi affirmé avoir obtenu après des efforts acharnés la libération de l'Américain Peter Theo Curtis, otage pendant 22 mois du Front Al-Nosra en Syrie.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: