'La sécurité d'Israël n'est pas négociable'

20/05/2021
'La sécurité d'Israël n'est pas négociable'

Gabi Ashkenazi (G) et Heiko Maas jeudi à Jérusalem

Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a exprimé jeudi la "solidarité" de l'Allemagne avec Israël et appelé à un cessez-le-feu entre l'Etat hébreu et le Hamas palestinien, lors d'une conférence de presse avec son homologue Gabi Ashkenazi à son arrivée à Tel-Aviv.

"Nous considérons que ce que fait Israël (dans la bande de Gaza, NDLR) est couvert par le droit à l'autodéfense", a déclaré M. Maas, plus haut responsable européen à se rendre dans la région depuis le début le 10 mai d'un nouveau cycle de violences meurtrières entre l'Etat hébreu et le Hamas au pouvoir à Gaza. "Israël fait maintenant usage de ce droit et ce droit implique de ne pas permettre aux installations d'où proviennent les attaques contre des cibles israéliennes de continuer à fonctionner", a-t-il ajouté en référence aux frappes de l'armée israélienne sur l'enclave palestinienne et aux tirs de roquettes de Gaza. 

"Laissez-moi le redire très clairement, pour nous, la sécurité d'Israël et avec elle la sécurité de tous les juifs d'Allemagne n'est pas négociable et Israël pourra toujours compter sur cela", a-t-il affirmé. Mais, selon M. Maas, "le nombre de victimes augmente chaque jour et cela aussi nous inquiète beaucoup", alors que les violences ont fait au moins 239 morts en dix jours, majoritairement des Palestiniens.

"C'est pourquoi nous soutenons les efforts internationaux visant à instaurer un cessez-le-feu et nous sommes également convaincus que, dans l'intérêt de la population, la violence doit cesser rapidement", a-t-il souligné. "C'est le devoir d'Israël de protéger ses civils et c'est ce que nous ferons jusqu'à ce que les tirs cessent", a déclaré pour sa part le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi.

Le ministre allemand des Affaires étrangères doit être reçu dans la soirée par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie. Il ne mènera pas de pourparlers directs avec le Hamas, organisation considérée comme "terroriste" par l'Union européenne. 

Mais la chancelière allemande Angela Merkel s'est déclarée jeudi favorable à des "contacts indirects" avec le Hamas. "L'Egypte parle au Hamas, les autres États arabes font de même", a-t-elle relevé, soulignant que l'Egypte était "un facteur très important dans toute question de cessez-le-feu et de paix".

Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: