Le CPS dénonce les ingérences extérieures en Libye

05/07/2019
Le CPS dénonce les ingérences extérieures en Libye

Moussa Faki Mahamat et Robert Dussey vendredi à Niamey

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), actuellement présidé par le Togo, s’est réuni vendredi à Niamey pour examiner la situation en Libye.

La session s’est déroulée en présence de Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, de Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’UA, et de Smaïl Chergui, le Commissaire à la Paix et à la Sécurité.

Le CPS s’est déclaré ‘profondément préoccupé par la situation en Libye, en particulier depuis le 4 avril 2019, ainsi que par le sort tragique des migrants africains dans les camps et les centres de détention de ce pays, en particulier les récents attentats à la bombe perpétrés contre des migrants et des réfugiés au centre de détention de Tajoura près de Tripoli, en Libye, 53 morts et des centaines de blessés graves le 3 juillet 2019’.

Le CPS a exprimé sa solidarité avec le gouvernement libyen (reconnu par l’ONU, ndlr) et a réaffirmé son engagement et sa volonté de continuer à aider les parties prenantes libyennes à faire face à la crise dans leur pays.

Enfin, le Conseil de paix a fermement condamné ‘l'ingérence extérieure (…) en particulier l'augmentation de l'intervention extérieure dans les affaires intérieures de la Libye, qui se manifeste par la fourniture continue d'armes à des factions militaires et à des milices en violation de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU.

Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: