Une majorité de victimes européennes

18/07/2014
Une majorité de victimes européennes

A l'aéroport de Beijing, des familles viennent d'apprendre la nouvelle

Le crash d'un Boeing 777 de la Malaysia Airlines jeudi en Ukraine a fait 298 morts, dont une majorité de victimes néerlandaises. Pour l'heure, le DFAE n'a pas connaissance que des Suisses figuraient parmi les passagers, selon une porte-parole. Par ailleurs les deux boîtes noires de l'appareil ont été retrouvées.

L'avion transportait 283 personnes, ainsi que 15 membres d'équipage, tous malaisiens. Parmi les passagers qui ont péri figurent 188 Hollandais, 29 Malaisiens, 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Britanniques, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins, un Néo-Zélandais et un Canadien, a indiqué la compagnie aérienne. La nationalité de cinq personnes n'a pas encore été établie.

Les séparatistes prorusses sont d’accord pour permettre à des enquêteurs internationaux un accès sûr et sans entraves au site du crash aérien en Ukraine, a annoncé l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Les deux boîtes noires du Boeing ont été retrouvées. Les services de secours ukrainiens les ont découvertes sur le lieu du crash, rapporte l'agence Interfax-Ukraine, citant un conseiller du gouverneur de la région de Donetsk.

Vraisemblablement ni l'un ni l'autre de ces enregistreurs de vol ne pourra toutefois aider à déterminer l'origine du tir de missile supposé.

De son côté, le Premier ministre britannique David Cameron a convoqué une réunion interministérielle de crise. Airlines. La chancelière allemande Angela Merkel a elle appelé à un cessez-le-feu immédiat, tout comme Vladimir Poutine. Quant à l'Australie, elle a déjà désigné la Russie comme responsable.

Le crash suscitait la consternation de la communauté internationale. Washington a appelé à une enquête "sans entrave" alors que des experts américains avançaient le tir d'un missile sol-air comme cause de la catastrophe.

Les experts étudient leurs données pour savoir si l'engin a été tiré par les séparatistes prorusses, selon un responsable sous couvert de l'anonymat.

Les autorités de Kiev et les rebelles se sont immédiatement accusés d'être à l'origine d'un tir supposé avoir causé la catastrophe, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'en attribuer solidement la responsabilité.

Vladimir Poutine, qui parle d'une "tragédie", a imputé la responsabilité de la catastrophe aux autorités ukrainiennes, coupables selon lui d'avoir relancé leur offensive contre les séparatistes après la trêve observée il y a deux semaines.

Des messages affichés - et parfois rapidement enlevés - sur des sites internet rebelles et des conversations interceptées par les services de sécurité ukrainiens laissent penser que l'appareil a pu être abattu par erreur par les rebelles, qui l'auraient pris pour un avion militaire ukrainien.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...
Newsletter abonnez-vous

Nous suivre: